Playoffs 2014 : le Heat en route vers le triplé ?

Les playoffs vont démarrer. Avec dès le 1er tour, des séries excitantes et indécises. Un œil sur les forces en présence.

Chaque année, c’est la même histoire. Tout le monde fait mine de suivre la saison régulière avec intérêt. Histoire de voir qui s’élancera en pole position, de suivre la forme des écuries favorites… Sauf que tout le monde le sait : la course, la vraie, celle du titre, ne démarre qu’à la mi-avril. Pour les néophytes, regardez donc un match de saison régulière, n’importe lequel, puis, dans la foulée, n’importe quel match de playoffs. Vous verrez, entendrez, sentirez, la différence.

Dans moins de 24 heures, la grande foire NBA redémarre. Il est donc grand temps de se livrer à des pronostics, plus ou moins, foireux pour ce premier tour.


San Antonio Spurs (1) va Dallas Mavericks (8)

Cette série devrait plaire à beaucoup de mélancoliques. Car durant au moins quatre matches, deux des meilleurs joueurs de la décennie, pour ne pas dire de l’histoire, vont s’affronter. Sauf que Tim Duncan et Dirk Nowitzki ne partent pas tout-à-fait à armes égales. Les Spurs, meilleure équipe de la ligue cette année (sans contestation possible) nous ont encore le coup du « Ah mais en fait ils ne sont pas cramés ceux-là ?! » Ben non. Avec un quatuor (trois sur le parquet + un sur le banc) plus expérimentés que jamais, un Kawhi Leonard en pleine affirmation, et une profondeur de banc monstrueuse, les Mavs ne pourront pas résister à ce rouleau-compresseur collectif.

Verdict : 4-1


Oklahoma Thunder (2) vs Memphis Grizzlies (7)

Comme on se retrouve ! Le Thunder devait l’avoir mauvaise en apprenant que Memphis avait arraché la 7ème place à Dallas. Car la tâche se complique les coéquipiers de Kevin Durant. Et c’est peut-être une chance pour OKC qui va devoir livrer une première grande bataille dès ce premier tour. Les Grizzlies, avec leur grosse défense, ont terminé la saison en fanfare (16-19 pour démarrer, puis 34-13 !) en s’appuyant sur la meilleure paire d’intérieurs de la ligue. Plus forts dans la raquette, les Grizzlies tenteront de limiter le (futur) MVP 2014. Pas une mince affaire. La clé de cette série se nomme Russell Westbrook dont l’absence avait tant fait défaut l’an passé. S’il garde son « altruisme » de ces dernières semaines, le Thunder ira loin.

Verdict : 4-3


Los Angeles Clippers (3) vs Golden State Warriors (6)

À coup sûr, la série la plus excitante des huit ! Et attention upset en vue ! Si les Warriors ont réalisé une campagne un poil décevante vu leur parcours passé et leur recrutement, les Clippers n’ont guère fait mieux. Record de franchise en termes victoires certes. Blake Griffin a clairement passé un cap niveau leadership, mais collectivement, les Clippers ne font pas plus crédibles que l’an dernier. Malgré Doc Rivers. Ce qu’il manque aux Clippers ? Des briscards avec du métier. Plus le temps passe, plus Chris Paul se « CarmeloAnthonise ». Il aura face à lui l’inarrêtable Stephen Curry. L’absence d’Andrew Bogut devrait ouvrir la porte à davantage de small ball. Avantage aux Warriors donc, qui attendent impatiemment le réveil d’Harrisson Barnes.

Verdict : 2-4


Houston Rockets (4) vs Portland Blazers (5)

Joli duel en perspective entre deux jeunes équipes qui ont beaucoup progressé par rapport à 2013. Côté Houston, la fin de saison de Patrick Beverley et Dwight Howard a été pourrie par les blessures. Pas franchement l’idéal. Tout le contraire des Blazers qui arrivent en pleine forme, malgré des titulaires sur-utilisés durant 82 matches, et en pleine bourre ! Après un coup de mou en mars (qui concorde avec la blessure de LaMarcus Aldridge) qui leur valu d’être éjectés du sommet de la conférence, les Blazers ont fini la saison en boulet de canon. Leur cinq majeur est sans doute le plus efficace et équilibré de la ligue. L’apport de leur 6ème homme, le vétéran Maurice Williams, pourrait être décisif. Pour rappel, l’an dernier face à OKC au 1er tour, James Harden a shooté à 39%.

Verdict : 2-4


Indiana Pacers (1) vs Atlanta Hawks (8)

Toute la saison durant, les Pacers ont fait peur. Très peur même. Au Heat surtout. Aujourd’hui, les Pacers font toujours peur. Mais de la mauvais sens du terme : 10 misérables victoires lors de leurs 22 derniers matches. Pour un leader de conférence, c’est du rarement vu avant d’entamer les playoffs. Roy Hibbert, Georges Hill et, dans une moindre mesure, Paul Georges sont méconnaissables. Résultat, les Pacers ne sont pas à l’abri d’une frayeur face à la seule équipe qualifiée en négatif. Le tandem TeagueMillsap a fait beaucoup de belles choses cette année. Et les Hawks, comme l’an passé (Indiana s’était imposé en six matches), n’ont rien à perdre. De là à imaginer un upset

Verdict : 4-2


Miami Heat (2) vs Charlotte Bobcats (7)

On pourrait calquer cette preview sur celle des Pacers. Car le Heat, en contrôle toute l’année a également très mal terminé sa saison (11-14). Pour sa défense, le Heat a joué une bonne partie de l’année sans Wade, blessé. Et surtout, les Floridiens sont face à un phénomène propre à un double champion en titre : la relative difficulté à trouver la motivation pour aller chercher une 3ème bague. Ils devraient connaître une montée en puissance jusqu’à la probable finale de conférence face à Indiana. En face, les Bobcats, en s’appuyant sur l’intérieur le plus technique de la ligue, Al Jefferson, espèrent faire un peu mieux que de la figuration. Ce sera difficile, d’autant qu’à ce stade, leur saison est déjà plus que réussie.

Verdict : 4-1


Toronto Raptors (3) vs Brooklyn Nets (6)

Upset le plus prévisible à venir. Les Nets sont des miraculés. Après un début de saison horrible (comme les Knicks), ils ont su redresser la barre (pas comme les Knicks) pour se retrouver presque en position confortable. Avec un premier tour relativement facile, et une étiquette d’outsider. Les Raptors ? Une valeureuse équipe pleine de fougue, à l’image de Kyle Lowry et Demar Derozan. Mais avec combien de matches de playoffs dans les pattes ? 13 à eux deux. C’est moins que le seul Andray Blatche (15) ! Et on ne parle pas de Kevin Garnett (131) et Paul Pierce (136)… Alors prime à l’expérience tout simplement. Les Nets ont un coup à jouer.

Verdict : 2-4


Chicago Bulls (4) vs Washington Wizards (5)

Chicago est assurément l’équipe au plus grand cœur de toute la NBA, à l’image de son leader (par défaut) Joakim Noah. Les Bulls ont brillamment réussi à faire oublier la blessure de leur superstar, et le départ de Luol Deng, en s’appuyant sur leur défense de fer, la meilleure de la ligue. Bémol : ils ont aussi l’attaque la moins prolifique. La série s’annonce serrée face à des Wizards, qui retrouvent les playoffs après six ans de disette, moins expérimentés. Le néo-Allstar John Wall a beaucoup à prouver. Les signatures de quelques vieux briscards (Drew Gooden, Andre Miller…) vont peser dans la balance. Pas suffisamment face à des Bulls habitués à faire de grandes choses en playoffs.

Verdict : 4-3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s