27 février 2011 : la dernière fois que les Knicks ont vraiment fait peur

Supporters des New York Knicks, à vos mouchoirs. Voici sans doute la dernière fois que cette équipe vous a fait croire au titre.

Ce matin du 28 février 2011, Édouard (prénom changé) enfile ses pantoufles aux couleurs des Knicks, lâche sa bise quotidienne sur les posters de Walt Frazier (champion en 1973) puis Latrell Sprewell (finaliste en 1999), et se connecte sur basketusa pour checker les scores de la nuit. Et là, il tombe des nues. Chauncey Billups reste « Mister big shot » titre Fabrice Auclert.

« Énoooorme ! Mes Knicks sont allés taper le Heat ! » Édouart jubile intérieurement. Ne se sentant plus, il poste un commentaire pour provoquer un peu : « Qui c’est qui disait que les Knicks étaient pas crédibles ? Hein ?! Champions NBA baby ! »

Le résumé du match

Ce matin-là, Édouard et la Knicks nation ont de vraies raisons de s’emballer. Car l’équipe new-yorkaise vient de faire un coup d’éclat inattendu sur le parquet du Big Three floridien. Surtout, il intervient quelques jours seulement après l’arrivée de Carmelo Anthony, qui met fin à un insupportable feuilleton (Viendra ? Viendra pas ? Bien sûr que si qu’il viendra t’façon…). Sa venue fait presque autant d’excités que de déçus. Car jusqu’ici, l’équipe tourne bien (28-26). Avec un Felton en mode all-star à la baguette, jouant parfaitement le pick’n’roll avec Stoudemire, MVP en puissance, et une menace extérieure qui vient de partout (Gallinari, Chandler…). Après des années de disette (six ans sans playoffs tout en ayant l’une des plus grosses masses salariales de la ligue), cette équipe fait plaisir à voir.

Mais qui ne salive pas devant un duo Anthony-Stoudemire ? Sur le papier, le plus beau duo de la ligue à l’époque (après Wade-LBJ). Un collectif autour d’une superstar c’est bien, mais deux superstars tout court, c’est mieux nan ? Et même carrément un Big Three (du pauvre) avec Billups. Cette victoire à Miami fait vraiment fantasmer. La perspective d’un titre ? Pourquoi pas. Sauf que derrière, ça patine grave. NY termine avec un honorable 42-40 (soit 11-14 avec Melo…) et se fait sweeper par Boston. Aïe.

Du fantasme à la réalité

L’année suivante est extraordinaire au niveau médiatique. Un début de saison catastrophique. Effacé par les coups d’un génie à durée déterminée, Jérémy Lin. Bilan mi-figue mi-raisin :  36-30 en saison régulière et une défaite 4-1 face au futur champion. Le minimum syndical en somme.

2012-2013, mince alors ! Que ces Knicks version Melo montrent quelque chose. Avec un Stoud’ cloué à l’infirmerie, Anthony s’appuie sur une bande de vieux briscards (Jason Kidd, le Sheed, Kurt Thomas…) pour claquer la meilleure saison depuis 1994-95. Avec un prime, un tour de playoffs passé ! Mais c’est tout.

2014 : année de la confirmation ? Une finale de conférence, enfin ? Au moins, l’ambition de titiller Heat et Pacers ? Aujourd’hui, on en est LOIN. Ce vendredi 10 janvier 2014, malgré sa victoire cette nuit au Madison sur… Miami, New York pointe à 13 victoires en 35 matches. Les Knicks ne doivent leur chance de playoffs (seulement 1 victoire de retard) qu’a une conférence Est horriblement faiblarde.

Mais que reste-il de cette impression de puissance dégagée ce soir de février 2011, sur un match, juste un match ? Et bien, pas grand chose. Stoudemire, lâché par son corps, fait peine à voir et ne retrouvera peut-être jamais son niveau des Suns ou de ses débuts new-yorkais. Melo sort toujours ses 26 points chaque soir mais semble plus seul que jamais. Au point qu’on se demande aujourd’hui, s’il ne serait pas mieux de le transférer…

Les Knicks (masse salariale 2013-2014 : 87,047,465 $) ne font pas peur du tout. À l’instar de leurs voisins Nets (masse salariale 2013-2014 : 101,291,208 $), ils sont même, jusqu’ici, la risée de la ligue. Et le fantasme Melo-Stoud restera à jamais à l’état de fantasme.

Heureusement, Édouard et les autres ont encore leurs posters pour se consoler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s